NETTOYER C’EST BIEN, NE PAS SALIR C’EST MIEUX !                                                                       "Une nouvelle manière de penser est nécessaire si l’humanité veut survivre" Albert Einstein                                                                       « Chacun est responsable de la planète et doit la protéger à son échelle. » Yann Arthus-Bertrand                                   

 
   
           
 
    BLOG DU MINISTRE
  › Biographie
  › Communications
  › Agenda
  › Profiloscope

    PRESENTATION DU MINISTERE
  › Historique
  › Missions et attributions
  › Organigramme
  › Partenaires
  › Agenda du MINEDD

    STRUCTURES SOUS TUTELLE
  › OIPR
  › CIAPOL
  › ANDE
      PROJETS ET CONVENTIONS

    BIBLIOTHEQUE EN LIGNE



    ECO TOURISME
L'Ecotourisme en Côte d'Ivoire

 

09-10-2018
Instauration de la taxe carbone en Côte d’Ivoire: Le Prof Joseph Séka SEKA préside un dialogue interministériel pour sa mise en pratique.

La lutte contre le réchauffement climatique a engrangé des stratégies tout aussi bénéfiques pour les Etats. Parmi elles, celle de la taxe carbone, Les recherches de la Banque Mondiale, du Fonds Monétaire International (FMI) et de l’Organisation de Coopération et de Développement Economiques (OCDE) montrent qu’une taxation du carbone bien conçue peut accroître la croissance verte. La Côte d’Ivoire n’est pas restée en marge de cette initiative, depuis quelques années sous la coupole de l’Autorité Nationale du Mécanisme pour un Développement Propre (AN-MDP), tutelle du MINEDD  logée à l’Agence Nationale de l’Environnement  (ANDE) examine l’opportunité de mettre en place un mécanisme de taxation du carbone à l’échelle nationale.

Dans la concrétisation de ce projet, le Prof Joseph Séka SEKA, Ministre de l’Environnement et du Développement Durable a présidé le lancement des activités du Partenariat pour la Préparation du Marché Carbone (PMR)/ Coalition du Leadership en Matière de Prix du Carbone (CPLC) ainsi que le Dialogue interministériel sur les objectifs d’une taxe carbone dans le pays. Cette activité s’est tenue  ce jeudi 04 Octobre 2018 à l’immeuble Sciam au Plateau. Ce programme qui constitue une source d’entrées de devises a vu la participation du Secrétaire d’État auprès du Premier Ministre  en charge du Budget et du Portefeuille de l’État, Moussa SANOGO et le Directeur de Cabinet adjoint du Ministère de l’Économie et des Finances YAPO Bernard.

Le PMR est une initiative de la Banque mondiale opérationnel depuis 2011. Il sert de plate-forme mondiale pour les juridictions nationales désireuses de partager leur expérience en matière de tarification carbone. En plus de l’appui technique de ces structures des Institutions de Bretton Woods, la Côte d’Ivoire est accompagnée également par le Fonds Monétaire International (FMI), l’Agence Française de Développement (AFD), la Convention-cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC) et la Banque Africaine de Développement (BAD).

Quant à la taxe carbone, elle consiste à fixer un prix sur le carbone afin de transférer le fardeau du dommage à ceux qui en sont responsables et qui peuvent le réduire. C’est un outil qui vise à encourager les actions de réductions des gaz à effet de serre. Cependant, pour atteindre ces objectifs multiples, elle doit être bien conçue. Il s’agit d’un instrument puissant, mais qui doit être bien adapté aux circonstances économiques nationales.

L’Assemblée du PMR a approuvé à hauteur de 250 millions de FCFA le 26 Avril 2018 à Kiev le financement des activités destiné à l’exploration des options pour  l’instauration d’une taxe carbone. Face à cette décision le Prof Joseph Séka SEKA n’a pas tari d’éloges cet apport très inestimable de la Banque Mondiale. Poursuivant,  le ministre a indiqué que la  taxe carbone offre de lendemains meilleurs aux énergies renouvelables et à l’atténuation de la pollution.

« Percevoir la taxe carbone comme un outil de convergence vers des technologies propres et d’encouragement de nos industries à l’utilisation d’énergies renouvelables. Elle contribuera à réduire les dommages sur la santé causée par la pollution atmosphérique. »

Le Ministre de l’Environnement et du Développement Durable a souhaité que le dialogue interministériel initié depuis 2015 au plus haut sommet de l’Etat puisse aboutir à la mise en pratique effective de la taxe carbone en confirmant ainsi l’engagement de la Côte d’Ivoire dans sa lutte contre le réchauffement climatique. « Vos réflexions doivent conduire à un consensus national. Ce qui permettra non seulement la transition vers un développement propre  mais à la Côte d’Ivoire d’être parmi les pays qui ont honoré leurs engagements de réduction des gaz à effet de serre ».

Présent à ce lancement, Pierre Laporte, Directeur des opérations de la Banque mondiale en Côte d’Ivoire a affirmé que l’intérêt manifesté par le pays pour le PMR/CPLC, est une voie d’espoir pour impliquer les autres pays du continent. Vu que l’initiative est rare en Afrique, « Le rôle de la Côte d’Ivoire est crucial pour attirer d’autres pays africains à proposer des solutions innovantes dans le cadre de la mise en œuvre de l’Accord de Paris ». a-t-il relevé.

La taxe carbone en plus de ses enjeux environnementaux  représente également un potentiel important pour les recettes publiques. Moussa SANOGO, le Secrétaire d’Etat auprès du Premier Ministre  chargé du Budget et du Portefeuille de l’Etat a lancé une perche aux experts réunis en conclave. Il les a invités à fournir des éclaircissements nécessaires sur les enjeux économiques de la taxe. « Il s’agit pour vous de déterminer la manière de renforcer les caisses de l’Etat tout en veillant à ne pas étouffer la création des richesses. C’est ainsi que nous définirons une fiscalité claire en matière environnemental ».

Le dialogue interministériel prend en compte les discussions techniques entre les acteurs nationaux clés du secteur public, privé et de la société civile dans le secteur du climat, de la fiscalité, de l’industrie, de la politique sociale, de l’énergie, etc.



SERCOM MINEDD

 


AUTRES ACTUALITES


14-11-2011
L’AGENCE FRANCAISE DE DEVELOPPEMENT PRÊTE A SOUTENIR LES PROJETS ENVIRONNEMENTAUX

 La salle de conférence du Ministère de l’Environnement et du Développement Durable a servi de cadre à une séance de travail avec l’Agence Française de Développement (AFD), en présence du Conseiller ...


17-11-2011
QUINZAINE NATIONALE DE L’ENVIRONNEMENT 2011 : CAMPAGNE DE MESURE DE L’AIR AMBIANT DANS LE DISTRICT D’ABIDJAN

Dans le cadre des activités prévues pour l’Edition 2011 de la Quinzaine Nationale de l’Environnement qu’organise le Ministère de l’Environnement et du Développement Durable, en collaboration avec d’autres Ministères techniques, une ...


10-11-2011
ORGANISATION DE LA QUINZAINE NATIONALE DE L’ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE 2011

 La Quinzaine Nationale de l’Environnement va se tenir cette année, du 15 au 25 novembre 2011. L’information a été donnée par le Directeur de Cabinet du Ministre de l’Environnement et du ...


19-10-2011
LE MINISTRE ALLAH-KOUADIO EN VISITE A LA RESERVE DE DAHLIA FLEUR

 Le Ministre de l’Environnement et du Développement Durable, Docteur ALLAH-KOUADIO Rémi, a effectué une visite de la Réserve Naturelle de Dahlia Fleurs, située à la Riviera route de Bingerville, le Jeudi ...


Premier Précédent
page 597 à 597 sur 597
 
   
 
 
©- 2011 Tous droits réservés Ministère de l'Environnement et du Développement Durable
Conception : CICG