NETTOYER C’EST BIEN, NE PAS SALIR C’EST MIEUX !                                                                       "Une nouvelle manière de penser est nécessaire si l’humanité veut survivre" Albert Einstein                                                                       « Chacun est responsable de la planète et doit la protéger à son échelle. » Yann Arthus-Bertrand                                   

 
           
 
    BLOG DU MINISTRE
  › Biographie
  › Communications
  › Agenda
  › Profiloscope

    PRESENTATION DU MINISTERE
  › Historique
  › Missions et attributions
  › Organigramme
  › Partenaires
  › Agenda du MINEDD

    STRUCTURES SOUS TUTELLE
  › OIPR
  › CIAPOL
  › ANDE
      PROJETS ET CONVENTIONS

    BIBLIOTHEQUE EN LIGNE



    ECO TOURISME
L'Ecotourisme en Côte d'Ivoire

 

15-02-2020
Convention de Bamako : le Professeur Joseph Séka SEKA présente les acquis lors de la présidence de la Côte d’Ivoire au Secrétariat de la Convention de Bamako

La troisième Conférence des Parties (COP-3) à la Convention de Bamako sur l’Interdiction d’importer en Afrique des Déchets Dangereux et sur le Contrôle des Mouvements Transfrontières et la Gestion des Déchets Dangereux Produits en Afrique s’est tenue du 12 au 14 février 2020. Elle a pris ses quartiers au Centre International de Conférences de Kintélé à Brazzaville en République du Congo sous la Présidence de Madame Arlette SOUDAN-NONAULT, Ministre congolaise du Tourisme, de l’Environnement en charge du Développement Durable.
‘’Des décisions à l’action : œuvrer pour un avenir sans les dangers des produits chimiques et des déchets en Afrique’’, tel était le thème de la rencontre organisée par le Programme des Nations Unies pour l’Environnement et qui a réuni les différents pays membres du secrétariat de la Convention. La Côte d’Ivoire assurant la présidence de la COP 2 avait commencé à s’inscrire dans cette vision. Son Ministre de l’Environnement et du Développement Durable, le Professeur Joseph Séka SEKA, a dressé le bilan de son pays au cours de ces deux années (2018-2020). Il a d’entrée rendu un vibrant hommage à tous les Etats Parties pour leur détermination et leur soutien sans faille aux actions ivoiriennes.
Poursuivant, Joseph Séka SEKA a indiqué qu’il a fait arrêter une opération de transport illicite de déchets plastiques non recyclable des pays africains dont ceux de la Convention de Bamako. « Conformément à l’article 16, paragraphe 1, dès que nous avons été saisis, en liaison avec le secrétariat, des mesures correctives ont été prises puis l’envoi avait été stoppé », a-t-il déclaré.
En outre, une autre action de la même trame a été estompée, note le président sortant de la Convention. Celle-ci était relative à la livraison de l’atranazine de l’Europe vers l’Afrique. Cette substance est très dangereuse en raison de ses propriétés perturbatrices du système endocrinien mais aussi cancérigène.
Il a évoqué des actions de lobbyings auprès de ses pairs des autres pays africains en vue de leur adhésion à la Convention. Conséquence palpable, « Grâce à nos lobbyings et interventions concertées, du Secrétariat et de la présidence, l’adhésion à la Convention de Bamako est passée de 25 lors de la COP 2 à 29 actuellement », a-t –il félicité.
Après Abidjan où s’est tenue la COP 2, désormais ces quatre pays appartiennent à la Convention, l’Angola, la Guinée-Bissau, le Libéria et le Rwanda.
Par ailleurs, l’émissaire du Gouvernement ivoirien a présenté les efforts de l’Etat dans la gestion des produits chimiques et des déchets dangereux. Cette priorité stratégique s’est concrétisée par exemple à travers l’organisation de la deuxième Conférence des Parties. A cette période, son prédécesseur, Anne Désirée OULOTO assurait les rênes du Ministère.
En sus, l’engagement de la Côte d’Ivoire se traduit par la ratification de toutes les Conventions internationales sur les produits chimiques et déchets dangereux et l’adoption de textes au niveau local. C’est le cas du décret portant sur les D3E, (Décret d’Equipement Electroniques et Electriques), l’arrêté portant Création du Comité d’Analyse des dossiers de mouvements transfrontières de déchets dangereux…

Le ministre exhorte son successeur, Madame Arlette SOUDAN-NONAULT

Joseph Séka SEKA a déploré l’adhésion lente des autres pays africains (29 sur 54) 22 ans après son adoption. Alors que l’Afrique est exposée et subit la pression des transferts de déchets dangereux. Pour exemple, le cas du Koko au Nigéria et du Probo koala en Côte d’Ivoire.
C’est pourquoi, le Ministre ivoirien a exhorté ses collègues africains à mettre de la volonté politique au centre des problématiques environnementales qui touchent le continent. Il a souhaité que les pays africains mettent incessamment en application les décisions des COP pour créer plus de synergies d’actions avec les accords internationaux. Tout ceci représente un gage de préservation de la santé et l’environnement des populations face aux menaces.
Il a encouragé la présidente de la COP 3 à maintenir la trame tout en rehaussant les ambitions. « Je voudrais exhorter mon successeur à prendre son bâton de pèlerin pour redynamiser la mise en œuvre de la Convention, faire appliquer rigoureusement les textes, inciter les pays parties à payer leur contribution, sensibiliser les pays non parties à adhérer afin que nous atteignions les ¾ lors de la COP 4 », a-t-il souhaité.
Lors de la cérémonie d’ouverture de la COP 3 de la Convention de Bamako, Arlette SOUDAN-NONAULT était persuadée que les travaux produiront des riches résolutions à l’intention des décideurs, des institutions internationales et du Secrétariat.
La nécessité d’interdire les déchets dangereux en Afrique
En Afrique, les déchets dangereux constituent une menace importante pour la santé des êtres humains et de l’environnement. Les nations africaines ont longtemps fait face à des accidents impliquant le déversement de déchets dangereux à la suite de leur importation ou de leur déversement pur et simple. Les catastrophes environnementales regrettables causées par le déversement de matières chimiques nocives ainsi que les amas de déchets électroniques menacent la santé des communautés africaines et touchent le continent de manière disproportionnée.
« Le thème de cette conférence est un appel à aller de l’avant et à concrétiser les aspirations que les États membres ont partagées au cours des deux dernières conférences », explique Juliette Biao KOUDENOUKPO, Directrice et représentante du bureau régional Afrique centrale du Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE). « Cela nécessite un engagement politique renouvelé ainsi que l’élaboration de stratégies, de politiques et de cadres institutionnels pour la mise en œuvre effective de la Convention ».
Créée en 1991 par les nations africaines et entrée en vigueur en 1998, la Convention de Bamako est une réponse à l’article 11 de la Convention de Bâle, qui encourage les parties à conclure des accords bilatéraux, multilatéraux et régionaux relatifs aux déchets dangereux pour contribuer à atteindre les objectifs de la Convention. La Convention de Bamako interdit l’importation en Afrique et le déversement ou l’incinération dans l’océan et les eaux intérieures de déchets dangereux, y compris les déchets radioactifs.
La Convention encourage la minimisation et le contrôle des mouvements transfrontaliers de déchets dangereux au sein du continent africain. La Convention vise également à améliorer et à assurer une gestion et une manipulation écologiquement rationnelles des déchets dangereux en Afrique, ainsi qu’une coopération entre les nations africaines.


AUTRES ACTUALITES


01-04-2020
Lutte contre le Covid19 : Le Professeur Joseph Séka SEKA s’assure du respect des mesures du gouvernement dans les structures sous tutelle de son ministère.

Il est 10 heures ce mercredi 01 avril 2020 à l’Agence Nationale de l’Environnement (ANDE), située à Angré 8ème tranche. Le Ministre de l’Environnement et du Développement Durable effectue une ...

26-03-2020
Carême chrétien : le Ministre Joseph Séka SEKA remet les dons du Gouvernement à l’église méthodiste unie Côte d’Ivoire

Le ministre de l’Environnement et du Développement Durable, le Professeur Joseph Séka SEKA était dans les locaux de l’Eglise méthodiste unie Côte d’Ivoire (EMUCI), ce jeudi 26 mars 2020 dans la ...


20-03-2020
Coopération PNUD-MINEDD : La nouvelle Représentante résidente en Côte d’Ivoire présente ses civilités au Professeur Joseph Séka SEKA.

Conception : CICG