NETTOYER C’EST BIEN, NE PAS SALIR C’EST MIEUX !                                                                       "Une nouvelle manière de penser est nécessaire si l’humanité veut survivre" Albert Einstein                                                                       « Chacun est responsable de la planète et doit la protéger à son échelle. » Yann Arthus-Bertrand                                   

 
           
 
    BLOG DU MINISTRE
  › Biographie
  › Communications
  › Agenda
  › Profiloscope

    PRESENTATION DU MINISTERE
  › Historique
  › Missions et attributions
  › Organigramme
  › Partenaires
  › Agenda du MINEDD

    STRUCTURES SOUS TUTELLE
  › OIPR
  › CIAPOL
  › ANDE
      PROJETS ET CONVENTIONS

    BIBLIOTHEQUE EN LIGNE



    ECO TOURISME
L'Ecotourisme en Côte d'Ivoire

 

22-05-2020
Journée Internationale de la Biodiversité (JIB)

Vendredi 22 Mai 2020.Journée Internationale de la #Biodiversité.
Déclaration du Gouvernement lue par le Professeur Joseph Séka SEKA, Ministre de l’Environnement et du Développement Durable

Ivoiriennes Ivoiriens,

Chers compatriotes,
La diversité biologique ou biodiversité englobe l’ensemble des espèces animales et végétales vivant sur terre, dans les mers et leur interaction. Ainsi, la biosphère abriterait selon la communauté scientifique entre 5 et 30 millions d’espèces. Sur cette estimation, environ 1,7 millions espèces animales sont répertoriées, et chaque année, de nouvelles espèces sont identifiées. Malheureusement, de nombreuses espèces disparaissent également, souvent de par le fait même des activités des hommes.
2)
Alors que tous reconnaissons aujourd’hui l’importance de la diversité biologique pour les générations présentes et futures, certaines activités humaines continuent pourtant à réduire le nombre d’espèces vivantes : cas de l’agriculture extensive et des épandages massifs de produits phytosanitaires, la pêche intensive et l’élevage industriel, la chasse d’espèces protégées, la déforestation, l’orpaillage clandestin.

3)
Entrée en vigueur en 1993, la Convention sur la diversité biologique a été ratifiée par 196 Etats, dont la Côte d’Ivoire, depuis le 27 Février 1995. Cet instrument légal international vise à protéger la diversité biologique et les ressources génétiques, l’utilisation durable des ressources naturelles sans toutefois omettre l’absolue nécessité d’un partage juste et équitable des avantages permis par le maintien de la biodiversité.

Mesdames et Messieurs,
Etant donné l’importance de l’éducation du public et de la sensibilisation à la mise en œuvre de la Convention à tous les niveaux, l’Assemblée générale des Nations Unies a choisi la date du 22 mai, anniversaire de l’adoption de la Convention, comme la Journée internationale de la diversité biologique. En cette année 2020, la Convention sur la Diversité Biologique célèbre ses 27 ans. Elle initie la semaine de la biodiversité dont le thème fortement d’actualité est : « Nos solutions sont dans la Nature ».
En effet, des solutions basées sur la nature avec des garanties de biodiversité sont essentielles pour l’atténuation, la résilience et l’adaptation dans plusieurs domaines critiques, y compris la conservation et la restauration des forêts et d’autres écosystèmes terrestres. Ces solutions basées sur la nature aident à protéger, à gérer et à restaurer durablement les écosystèmes. Elles permettent également la conservation et la restauration des ressources en eau, le potentiel agricole et les systèmes alimentaires durables.
Ces solutions répondent également aux défis de la société en apportant ainsi simultanément des avantages pour le bien-être humain et la biodiversité. Que ce soit la sécurité alimentaire, le changement climatique, l’accès à l’eau, la santé humaine, les risques de catastrophe ou le développement économique, la nature peut aider à leur amélioration.

L’année 2020 apparaissait comme une « super année pour la nature » avec trois grandes rencontres mondiales, à savoir un Congrès mondial de la nature, une Conférence des Nations Unies sur l’océan et un Sommet des Nations Unies sur la nature; le tout aboutissant à une conférence mondiale sur la biodiversité, à savoir la COP 15 sur la Biodiversité qui devrait se tenir en octobre 2020 en Chine. Cette conférence très attendue, devrait aboutir à un nouveau « Cadre sur la biodiversité après-2020 », valable pour une décennie.

2020 est également l’année qui devrait lancer la Décennie de la restauration et qui placera finalement les solutions fondées sur la nature au cœur des négociations sur le climat.

Hélas un constituant de la biodiversité, en l’occurrence le coronavirus en a décidé autrement, mettant en veilleuse la plupart de ces grands rendez-vous !
Mes chers compatriotes,
Les choses arrivent rarement par hasard, dit l’adage. S’il est encore trop tôt pour connaître l’origine exacte de la contamination massive au coronavirus, de plus en plus de scientifiques relèvent que la destruction de la biodiversité favorise l’émergence des zoonoses, c’est-à-dire des affections dues à des agents pathogènes transmis des animaux à l’homme.
L’Homme, dans un souci d’expansion économique met à mal les écosystèmes naturels indispensables à notre survie. En détruisant les forêts à l’échelle planétaire, il a ainsi détruit les barrières qui nous séparaient de dangereux virus, de leurs réservoirs et de leurs hôtes intermédiaires.

Or, selon les chercheurs, 65 % des maladies infectieuses émergentes sont des maladies humaines d’origine animale et 72 % proviennent de la faune sauvage.
Ceci malgré le fait qu’un million d’espèces soit menacées d’extinction, et que plus de 60% des animaux sauvages ont vu leurs populations régresser depuis les années 1970.

La nature nous envoie certainement un message avec la pandémie à coronavirus et la crise climatique en cours. En conséquence, nous devons apporter des réponses appropriées, permettant de changer nos rapports avec la nature par la protection et la préservation d’habitat et de biodiversité.

Mesdames et Messieurs,

Chers compatriotes,
Nous ne devons cependant pas désespérer. Les solutions existent et se trouvent dans la nature. Face à cette pandémie du coronavirus, des mesures drastiques sont prises.
Ces mesures constituent des leçons qui doivent être appliquées à la biodiversité afin d’empêcher l’extinction des espèces et le désastre écologique. Alors, comment appliquer ces leçons à la biodiversité ?
1. Je nous invite à créer un filet de sécurité national basé sur la nature en renforçant les maillons les plus faibles de nos systèmes globaux. Notre système alimentaire national, par exemple, est vulnérable à la perte de biodiversité : si nos pollinisateurs disparaissent, il en va de même pour 35% de nos cultures. Face à un million d’espèces menacées d’extinction, nous nous devons de renforcer et consolider les écosystèmes naturels, par une réduction de l’utilisation des pesticides non conventionnels et de toutes pratiques qui dégradent la biodiversité, principalement dans le système agricole.

2. Nous devons tous être aussi efficaces que solidaires pour résoudre simultanément les défis multidimensionnels de la nature et du développement. Un bon début serait de s’engager à des investissements massifs et inclusifs dans l’agroforesterie, l’agriculture résiliente face au climat, la restauration des mangroves et de tous les écosystèmes dégradés ou pollués. De telles solutions contribueraient à endiguer notre perte de biodiversité, à atténuer plus d’un tiers des gaz à effet de serre, à prévenir les catastrophes et à protéger le plus grand nombre de personnes vivant dans la pauvreté et dépendant directement de la nature pour leur survie.
3. Nous devons agir dès maintenant, chacun à son niveau. Nous devons être disposés, voire plus dociles aux mesures ou stratégies prises qui résistent au changement. Nous devons écouter la science, comprendre et éviter les points de non-retour de destruction de la nature.
Cela signifie également utiliser les meilleures données spatiales disponibles pour prendre des décisions éclairées sur l’utilisation durables de nos terres.
4. Enfin être apte à élaborer un Plan audacieux pour la nature. Nous devons agir comme des personnes conscientes que nous n’avons qu’une seule terre et investir suffisamment dans la protection, la restauration et la gestion durable de la biodiversité pour repositionner la nature au cœur du développement durable.
Si nous préservons la biodiversité, nous réduirons les crises sanitaires et préserverons nos vies.

De tout ce qui précède, une action urgente s’avère décisive pour préserver et conserver les gènes, les espèces et les écosystèmes, en vue de la gestion et de l’utilisation durable des ressources biologiques. La solution est donc dans la préservation de la biodiversité, dans la préservation de la Nature.

Mesdames et Messieurs,
Au terme de ce message, nous exprimons la proximité du Gouvernement et adressons tout son soutien aux personnes atteintes de la COVID 19 à qui nous souhaitons un prompt rétablissement. Nous adressons tous nos encouragements au personnel médical, aux autorités civiles, sans oublier l’ensemble des forces de défenses et de sécurité, et tous ceux qui, à quelque niveau que ce soit travaillent pour gérer cette crise.
Dans l’impatience d’un retour rapide à la normale, nos pensées vont également aux familles endeuillées par cette pandémie à qui nous adressons nos condoléances les plus attristées.
Mes chères Compatriotes,
Le virus ne sera vaincu qu’avec les efforts de tous. Alors, faisons front contre cette COVID-19 en respectant les mesures barrières prises par le Gouvernement.

Nos solutions sont dans la nature !

Je vous remercie pour votre aimable attention.

AUTRES ACTUALITES


08-05-2020
Lutte contre le Covid-19 : l’entreprise ENVAL offre des kits sanitaires au MINEDD

Depuis l’avènement de la pandémie à coronavirus, le secteur privé ne cesse de répondre à l’appel à la solidarité lancé par le Gouvernement ivoirien. En effet, plusieurs entreprises accompagnent l’Etat ...

01-05-2020
Professeur Joseph Séka SEKA : ‘’La pandémie du Coronavirus impacte fortement sur le calendrier des grands rendez-vous climatiques

Au cours du point de presse quotidien du gouvernement sur la pandémie du covid 19, le Ministre de l’Environnement et du Développement Durable a fait le point des actions menées par ...

24-04-2020
Traitement durable des odeurs issues des baies de Cocody et Anoumanbo : Joseph Séka SEKA rassure les populations.

Se rendre en personne sur le terrain dans le but de toucher du bois les réalités d’exécution de la phase de lutte contre les nuisances olfactives qu’engendrent les baies de Cocody ...

20-04-2020
Gestion des déchets au niveau de la Baie de Cocody : Le Ministre de l’Environnement et du Développement Durable reçoit les acteurs du PABC et ENVIPUR

Le Professeur Joseph Séka SEKA, Ministre de l’Environnement et du Développement Durable a reçu en audience Monsieur DEMBA Pierre, Coordonnateur de Projet d’Aménagement de la Baie de Cocody (PABC), et Monsieur, ...


Suivant Dernier
page 1 à 4 sur 723
 
   
 
 
©- 2011 Tous droits réservés Ministère de l'Environnement et du Développement Durable
Conception : CICG