NETTOYER C’EST BIEN, NE PAS SALIR C’EST MIEUX !                                                                       "Une nouvelle manière de penser est nécessaire si l’humanité veut survivre" Albert Einstein                                                                       « Chacun est responsable de la planète et doit la protéger à son échelle. » Yann Arthus-Bertrand                                   

 
           
 
    BLOG DU MINISTRE
  › Biographie
  › Communications
  › Agenda
  › Profiloscope

    PRESENTATION DU MINISTERE
  › Historique
  › Missions et attributions
  › Organigramme
  › Partenaires
  › Agenda du MINEDD

    STRUCTURES SOUS TUTELLE
  › OIPR
  › CIAPOL
  › ANDE
      PROJETS ET CONVENTIONS

    BIBLIOTHEQUE EN LIGNE



    ECO TOURISME
L'Ecotourisme en Côte d'Ivoire

 

02-12-2021
Adaptation et résilience face aux changements climatiques climatique : le ministère en charge de l’environnement vise la promotion de l’assurance indicielle.

Plusieurs experts du secteur privé assurantiel, bancaire,  des faitières des coopérativités agricoles, paysannes et  des représentants des ministères techniques et des structures sous tutelles se sont retrouvés, à travers un atelier pour la validation d’une étude visant à promouvoir des solutions innovantes aux conséquences économiques liées aux effets du changement climatique sur la plupart des secteurs de l’économie, en particulier l’agriculture, les ressources en eaux, l’utilisation des terres, les ressources côtières, les forêts et la santé.


Deux jours durant, soit du 30 novembre au 01 décembre 2021, dans la commune de Cocody, ces experts ont porté des réflexions sur l’assurance Indicielle ou paramétrique. Il s’agit d’une forme d’assurance basée non pas sur la survenance d’un sinistre mais sur l’évolution d’indices météorologiques objectifs, neutres, mesurables et acceptables par toutes les parties prenantes. Ces indices portent sur le rendement, la pluviométrie, l’humidité, la température, ou la réserve en eau du sol. Ainsi, selon l’article 705 du Code de la Conférence Interafricaine des Marchés d’Assurances, appelé Code CIMA, « Les assurances indicielles tiennent compte de périls ou d’évènements spécifiques, à une échelle régionale, facilement mesurables par un organisme habilité. En cas de survenance d’un sinistre, l’indemnisation des assurés est effectuée sur la base du niveau de l’indice et des capitaux assurés ».


Le Conseiller Technique Yao Marcel a représenté le Ministre de l’Environnement et du Développement Durable dans le cadre de la cérémonie d’ouverture de cette activité. Dans son allocution, il a mis en avant l’importance de l’assurance indicielle. « La promotion de l’assurance indicielle permettra à la Côte d’Ivoire de disposer d’un mécanisme assuranciel pratique et objectif pour la couverture des risques climatiques et météorologiques », a-t-il déclaré.


En effet, divers risques climatiques et météorologiques pèsent à la fois sur nos populations et les entreprises. C’est en vue de réduire cette vulnérabilité que le Programme des Nations Unis (PNUD), à travers le Projet NAP-GCF, a diligenté une étude de faisabilité et de dimensionnement d’un programme d’assurance indicielle sur les cinq secteurs clés de l’économie. Ce qui a fait dire au représentant du ministre en charge de l’environnement que « ce projet, mis en œuvre par le Programme National de lutte contre les Changements Climatiques (PNCC) du Ministère de l’Environnement et du Développement Durable (MINEDD), a pour objectif de renforcer la capacité de notre pays, la Côte d’Ivoire, à intégrer l’adaptation aux changements climatiques dans les processus de planification nationaux et sectoriels. Il dotera la Côte d’Ivoire d’un document cadre du PNA ».


Le Coordonnateur de ce projet, Jean Douglas Anaman, a salué, au nom de Madame la Représentante Résidente du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) en Côte d’Ivoire, la collaboration avec la Côte d’Ivoire sur les questions de changement climatique. Il est revenu sur la composante 3 de ce projet qui vise à identifier et à promouvoir les financements innovants de l’adaptation, parmi lesquels l’assurance indicielle climat.


Lors de cet atelier, une présentation du rapport d’étude soumis à validation des participants et un partage d’expérience ont meublé les travaux. L’occasion a été donnée à l’Union Faîtière des Sociétés Coopératives de Côte d’Ivoire (UFACOCI), bénéficiaire en 2019 de ce type d’assurance, de passer en revue les acquis obtenus pour leur souscription sur la culture du maïs. Aux dires de monsieur Coulibaly Yalamissa, Directeur Général de l’UFACOCI, c’est d’environ 25 000 000 FCFA qu’a bénéficié son organisation après une souscription de 20 000 000.


Pour rappel, entre 2019 et 2020, la Côte d’Ivoire a souscrit à deux polices d’assurance indicielle dont l’une couvrant le Centre du pays (sur une saison agricole s’étendant du 11 mars au 11 octobre), et l’autre le Nord (sur une saison agricole s’étendant du 1er mai au 21 novembre). Ce mécanisme a permis de repartir 2 838 540 dollars US, soit 1 419 270 000 FCFA en vue d’assister 22 248 ménages parmi les plus pauvres des départements touchés par les déficits pluviométriques (16 départements, notamment Béoumi, Bouaké, Katiola, Niakaramandougou, Sandégué, Tanda, M’Bahiakro, Prikro et Zuénoula, Mankono, Kounahiri, Bouna, Nassian, Dikodougou, Sinemantiali et de Ferkessedougou).


 


Ces données démontrent les perspectives prometteuses de l’assurance indicielle pour plus de résilience des populations vulnérables face aux changements climatiques. Le Projet NAP-GCF, dans le cadre de l’intégration de l’adaptation dans les politiques de développement sectorielles, entend financer la phase pilote d’un programme d’assurance agricole indicielle Maïs et Coton dans le Nord et le Centre de la Côte d’Ivoire. Les résultats acquis de cette phase devraient permettre la mise à l’échelle nationale mais aussi à un meilleur dimensionnement du projet de système d’alerte précoce multirisques climat basé sur les impacts climatiques en cours de développement.    


AUTRES ACTUALITES


04-01-2022
Conflit de succession à la Chefferie de Kodioussou, Jean-Luc ASSI intervient et ramène le calme

Le Ministre de l’Environnement et du Développement Durable, monsieur Jean-Luc ASSi a conduit une mission de médiation à Kodioussou, village situé dans la Sous-préfecture de Dinguira (Département ...

15-12-2021
Changement Climatique : des acteurs des médias nationaux renforcent leur capacité.

Une trentaine d’acteurs des médias nationaux dont la presse audiovisuelle, la presse écrite et la presse en ligne ont bénéficié d’un renforcement ...


16-12-2021
Changement et finance climatique : plusieurs parlementaires et sénateurs renforcent leur capacité

 Après avoir bénéficié d’une subvention du Fonds Vert pour le Climat (FVC) en 2017, pour l’élaboration de son programme pays (PP) qui regroupe les axes ...


17-12-2021
Le programme de micro-financements du Fonds pour l’Environnement Mondial (MICROFEM) renforce les capacités de plusieurs acteurs de la société civile.

Plusieurs acteurs de la société civile ont pris part à un atelier de renforcement des capacités, organisé par le programme de micro-financements du ...


Suivant Dernier
page 1 à 4 sur 901
 
   
 
 
©- 2011 Tous droits réservés Ministère de l'Environnement et du Développement Durable
Conception : CICG