BLOG DU MINISTRE
  › Biographie
  › Communications
  › Agenda
  › Profiloscope

    PRESENTATION DU MINISTERE
  › Historique
  › Missions et attributions
  › Organigramme
  › Partenaires
  › Agenda du MINEDD

    STRUCTURES SOUS TUTELLE
  › OIPR
  › CIAPOL
  › ANDE
      PROJETS ET CONVENTIONS

    BIBLIOTHEQUE EN LIGNE



    ECO TOURISME
L'Ecotourisme en Côte d'Ivoire

 

2018-09-03 Voir tous les discours

ALLOCUTION DE MONSIEUR LE MINISTRE A L’OCCASION DE LA CÉRÉMONIE D’OUVERTURE DE L’ATELIER DE DÉMARRAGE DE LA MISSION D’ÉVALUATION DES PERTES ET DOMMAGES CONSÉCUTIFS AUX INONDATIONS DE JUIN 2018, ASSORTIE D'UN PLAN DE RELÈVEMENT

Monsieur le Ministre de l’Interieur et de la Securité,

Mesdames et Messieurs les Ministres,

Monsieur le Représentant Résident du Système des Nations Unies, Et Monsieur le Coordonnateur Humanitaire  en Côte d’Ivoire

Monsieur le Directeur des Opérations de la Banque Mondiale;

Monsieur le Chef de la Délegation de l’Union Européenne,

Mesdames et Messieurs les Inspecteurs Généraux, Directeurs Généraux et Directeurs Centraux de l’administration publique et parapublique ;

Mesdames et Messieurs les Représentants du Système des Nations Unies ;

Honorables invités ;

Chers Participants ;

Mesdames, Messieurs, en vos rangs, grades et qualités.





C’est un grand plaisir pour moi de vous souhaiter la bienvenue ce jour, à l’occasion de l’atelier de demarrage de la MISSION D'EVALUATION DES PERTES ET DOMMAGES CONSECUTIFS AUX INONDATIONS DE JUIN 2018 A ABIDJAN, ASSORTIE D'UN PLAN DE RELEVEMENT.



A l’instar de bien d’autres pays, il est important de relever que la Côte d'Ivoire, depuis les années 80, est confrontée de manière récurrente à l’impact croissant des catastrophes d’ordre naturel et anthropique, mettant en péril son potentiel économique et humain.



Pour votre information, de 1996 à 2013, plus de 211 personnes ont perdu la vie suite aux inondations et glissements de terrains. En 2011, 160 sites à risque d’inondation et glissement de terrain ainsi que 6000 ménages très vulnérables ont été identifiés dans le District d’Abidjan.



Au cours du mois de juin 2014 correspondant à la grande saison des pluies dans la zone Sud du pays, des pluies continues et diluviennes ont été enregistrées, provoquant des inondations et des glissements de terrain dans plusieurs communes de la ville d’Abidjan et certaines villes de l’intérieur. Ces catastrophes ont engendré au moins 39 pertes en vies humaines, de

nombreuses maisons détruites, de nombreux biens perdus et plusieurs infrastructures routières endommagées.



En 2017, quinze (15) décès ont été enregistrés, mille cent trente-neuf (1139) maisons inondées, deux cent trente-trois (233) habitations effondrées à cause des inondations.



En 2018, Suite aux pluies diluviennes survenues les 18 et 19 juin, l’on a enrégistré plus de 250 mm de pluie dans le district d’Abidjan avec un maximu dans la commune de Cocody selon le rapport de la Direction de la Météorologie Nationale et l’eau est montée jusqu’à 2,5 mètres par endroits, selon l’Office National de la Protection Civile (ONPC).

Le bilan fait etat de 20 cas de décès dont 18 dans la ville d’Abidjan et 2 à l’intérieur du pays, d’importants dégâts matériels, mille vingt (1020) ménages sinistrés, avec de nombreux dégâts matériels, notamment la dégradation des infrastructures routières, l’effondrement de maisons d’habitation, l’interruption momentanée de nombreuses voies de circulation, de la fourniture d’eau et d’électricité dans plusieurs localités du pays.

Suite à la catastrophe, le Gouvernement a pris des mesures urgentes.



Dans un élan de solidarité, une assistance en vivres et non vivres a été fournie à des victimes et familles sinistrées.



Le Conseil National de Sécurité a également pris les mesures suivantes. Il s’agit de :

-    la liberation des bassins d’orages, des ouvrages de drainage et d’assainissement ;

-    le déploiement dans les zones à risque, d’abris pour accueillir les déplacés ;

-    la mise en place de postes avancés de premiers secours dans tous les quartiers sensibles ;

-    l’intensification de la sensibilisation et de la prévention y compris les alertes météos via les TIC (médias audiovisuels et téléphonie mobile).



En vue d’instaurer une bonne compréhension de la prévention des risques et espérer construire une meilleure résilience des communautés, la Côte d’Ivoire a sollicité et obtenu l’appui de la Banque Mondiale, du  Système des Nations Unies et de l'Union Europeenne pour quantifier les pertes et dommages post-catastrophe.

Cette demarche a pour but de connaitre les causes profondes des inondations urbaines en en Côte d’ivoire en vue d’élaborer un plan de relèvement complet.

Nous voulons connaitre et comprendre les causes profondes, les risques et tous ce qui expliquent ces niveaux de dégâts survenus lors des inondations du mois de juin 2018.



Au termes donc de vos travaux qui durerons deux semaines (03-17) septembre , nous vondrions savoir

les impacts et les effets des inondations du mois de juin 2018 sur les secteurs sociaux, infrastructurels et productifs des communautés ainsi que sur les secteurs transversaux tels que la Gouvernace des Risques de Catastrophe, le Genre et la Gestion de l’environnement.

Vos conseils aviés nous permettront :

1-    d’identifier et de prioritiser les besoins de reconstruction et de relèvement à court, moyen et long terme ;

2-    d’integrer les mesures de réduction du risque de catastrophe dans  nos programmes et projets développement,  .

3-    de formuler une stratégie durable d’amenagement  et d’administration du territoire.



Faut-il le rappeler qu’en 2015, plusieurs réunions ont été organisées au niveau international. Cette année a constitué un tournant décisif dans la mobilisation internationale en faveur de la lutte contre des défis majeurs que sont

-    la Réduction des risques de catastrophes avec le Cadre de Sendai 2015-2030 pour mener plus d’actions en matière de préventions des risques naturels et anthropiques,

-    l’atteinte des 17 Objectifs du Développement Durable (ODD), pour éliminer l’extrême pauvrété et suivre la voie de la viabilité et de la résilience

-    la lutte contre les changements climatiques avec l’Accord de Paris sur le climat, pour engager résolument la lutte contre les effets pervers changements climatiques .

C’est pourquoi, la Côte d’Ivoire, dans le but d’accélérer son processus de développement pour



être un pays émergent à l’horizon 2020, et avec l’appui, de l’Initiative Inter-Agence pour la Réduction des Risques de Catastrophes (CADRI), a évalué, en 2016, les capacités des structures nationales intervenant dans les domaines de la réduction des risques de catastrophe (RRC), la préparation et la réponse aux urgences.

Ces travaux ont  abouti à l’élaboration du Plan d’Action National RRC 2016- 2020, et à la signature d’un accord de mise  œuvre des activité de ce plan entre le Système des Nations Unies et le Gouvrenement de la Republique de Côte d’ivoire le 08 septembre 2016.



La mise en œuvre efficiente des activités de ce plan, permettra de renforcer le cadre institutionnel ainsi que le mécanisme de prévention et d’indemnisation en la matière.



Les procédures spécifiques de prévention, d’alerte et de secours devront être aussi renforcées. Les sinistres liés aux catastrophes hydrométéorologiques seront aussi  visés.

Pour ce faire, il faut que la Plateforme Nationale pour la Réduction des Risques de Catastrophe, créée par le décret 988 du 10 octobre 2012, connaisse un fonctionnement effectivement.

Aussi , voudrais-je à ce stade de mon propos, relever, que la Communauté Internationale a consenti du temps et des ressources pour nous accompagner dans cette activité.

Je tiens donc, à remercier le Représentant Résident du Système des Nations Unies et le Directeur des Opérations de la Banque Mondiale , le Chef de la Délégation de l’Union Européenne et l’ensemble de nos partenaires qui ont mobilisé leurs équipes pour



soutenir la Côte d’Ivoire dans cette importante action.



Chers participants, pour espérer construire une meilleure résilience sociale, économique, culturelle et environnementale, la compréhension des effets des catatrosphes sur les populations et leurs moyens de subsistances ainsi que sur l’environnement, doit être une priorité pour les décideurs que nous sommes. Il nous revient donc, en tant qu’acteurs nationaux, de nous approprier des resultats issus de cette évaluation, pour bâtir la résilience de nos communautés et de notre environnement commun.



Nous devons saisir cette auportunité pour mobiliser des fonds pour le renforcement des capacités organisationnelles et opérationnelles du dispositif national en matière de coordination de la prévention,



de prévision, de préparation, de réponse et de relèvement post-catastrophe, conformément aux prescriptions du Cadre de Sendai 2015-2030.



Je tiens donc à remercier l’ensemble des parties prenantes et surtout les Partenaires au développement pour les appuis multiformes dont la Côte d’Ivoire fait l’objet.



Mesdames et Messieurs, Honorables invités, permettez-moi, d’une part de remercier, de façon particulière, le Coordonnateur Humanitaire pour son appui constant à la Côte d’ivoire et d’autre part, de renouveler, à toutes et à tous, notre profonde gratitude pour votre présence massive et distinguée.



Ainsi donc au terme de cette analyse, notre pays disposera d’une stratégie de relèvement dont la mise en œuvre effective permettra d’atteindre un niveau



de résilience acceptable tel que recommandé par les sept (7) indicateurs du Cadre de Sendai 2015-2030 dont nous sommes signataires.



C’est sur cette note d’espoir et tout en lançant  un appel à l’ensemble des parties prenantes que je declare ouvertes les activités de LA MISSION D’EVALUATION DES PERTES ET DOMMAGES CONSECUTIFS AUX INONDATIONS JUIN 2018, ASSORTIE D'UN PLAN DE RELEVEMENT



Je vous remercie.



 

 




 
   
 
 
  PRESENTATION DU MINISTERE
  › Historique
  › Missions et attributions
  › Organigramme
  › Partenaires


  BLOG DU MINISTRE
  › Biographie
  › Message
  › Communications
  › Agenda
  › Profiloscope


   STRUCTURES SOUS TUTELLE
  › OIPR
  › CIAPOL
  › ANDE
  
  ECO TOURISME
L'Ecotourisme en Côte d'Ivoire
 
  MULTIMEDIA
  › Photos
  › Vidéos


   GRANDS DOSSIERS
  › Développement durable
  › Air & changement climatique
  › Biodiversité
  › Parcs & Réserves naturelles
  › Metiers Résiduels
  › Prévention des risques
  › Pesticides

secrétariat ministre :
20 21 18 56 / Fax : 20 21 33 89

secrétariat Directeur de cabinet :
20 22 07 01 / Fax : 20 21 08 76

Directeur de cabinet Adjoint :
20 22 63 01

Direction Générale de l'environnement :
22 47 54 49/50

Direction Générale du Développement
Durable :
22 42 26 06 / 22 50 32 77

service de la communication :
20 22 66 35

Agence nationale de l'environnement
(AnDe) :

22 41 17 04

centre ivoirien Anti-pollution
(ciApol) :

20 22 54 44 / Fax : 20 32 22 16

office ivoirien des parcs et réserves (oipr)
22 41 40 59
  • » Facebook
  • » Twitter
  • Télécharger l'application Mobile gouv.ci
  • ©- 2011 Tous droits réservés Ministère de l'Environnement et du Développement Durable Conception : CICG