BLOG DU MINISTRE
  › Biographie
  › Communications
  › Agenda
  › Profiloscope

    PRESENTATION DU MINISTERE
  › Historique
  › Missions et attributions
  › Organigramme
  › Partenaires
  › Agenda du MINEDD

    STRUCTURES SOUS TUTELLE
  › OIPR
  › CIAPOL
  › ANDE
      PROJETS ET CONVENTIONS

    BIBLIOTHEQUE EN LIGNE



    ECO TOURISME
L'Ecotourisme en Côte d'Ivoire

 

2021-02-16 Voir tous les discours

Atelier bilan du programme du Microfinancement du fonds pour l'environnement

•    Excellences, Mesdames et Messieurs les membres du Gouvernement et chers collègues ;

•    Excellence, Madame la Représentante Résidente du PNUD en Côte d’Ivoire;

•    Excellences Mesdames et Messieurs les Chefs de Missions Diplomatiques ou leurs Représentants ;

•    Mesdames et Messieurs les Deputés;

•    Messieurs les Présidents des Conseils régionaux et Messieurs les Maires ou leurs représentants ;

•    Madame le Point Focal Opérationnel du FEM;

•    Monsieur le Coordonnateur National du Programme de Microfinancements du FEM;

•    Mesdames et Messieurs les membres du Comité National de Pilotage du Programme de Microfinancements du FEM;

•    Mesdames et Messieurs les Représentants des ONG et des Organisations Communautaires de Base, OCB ;

Honorables invités, Mesdames et Messieurs ;



La cérémonie qui nous réunit ce matin, est pour moi une occasion de saluer le Programme de Microfinancements du FEM à travers son Point Focal Opérationnel, le PNUD, la Coordination Nationale et les Organisations de la Société Civile ivoirienne, pour leur contribution aux efforts déployés par le Gouvernement en vue de promouvoir un développement local de proximité fondé sur la prise en compte des contraintes de conservation de la nature et de respect de notre environnement qui constitue une source de satisfaction de nos besoins de bien-être et de développement.



Le rôle du Programme de Microfinancements du FEM n’est plus à démontrer car il permet, à travers les ONG et les organisations communautaires de base qu’il soutient, de prolonger et d’étendre l’action de l’Etat jusqu’aux zones les plus reculées de notre pays.



Ainsi, à travers des modalités de réalisation de petits projets pilotes et communautaires dans différentes régions de la Côte d’Ivoire, le Programme de Microfinancements du FEM a contribué de manière significative à l’amélioration du bien-être des communautés locales, au renforcement des capacités des ONG et des Organisations communautaires de Base et à l’accroissement de la prise de conscience par les populations locales sur la nécessaire conciliation des objectifs de lutte contre la pauvreté et la gestion durable des ressources naturelles.



Nous affirmons, sans conteste, que le Programme de Microfinancements du FEM est un des Programmes-pionniers en matière de lutte contre la pauvreté et de développement durable.



De par ses résultats, le Programme de Microfinancements du FEM démontre, en fournissant un soutien technique et financier à ces initiatives, comment la motivation, la créativité, la technologie et les connaissances traditionnelles permettent de trouver des solutions concrètes à certains de nos problèmes sociaux les plus urgents.





En effet, le FEM (Fonds pour l’Environnement Mondial) a financé, à travers son Programme de Microfinancements, depuis son démarrage à ce jour, 338 projets dont 13 pour le Projet ABN (Aménagement du Bassin du Niger) pour un montant de plus de 6 millions de dollars américains, sur des secteurs aussi divers que sont : les foyers améliorés, l’énergie solaire, la promotion de l’apiculture organique à une échelle importante pour constituer à terme une filière économique, la conservation des sols, la gestion des écosystèmes littoraux, pour ne citer que ceux-là.   



Le Programme a, en outre, remarquablement contribué au renforcement des capacités des ONG et des communautés de base en Côte d’ivoire et à l’émergence d’organisations de référence au plan national et même international, qui apportent des contributions positives aux débats nationaux sur les questions de l’heure en lien avec les enjeux environnementaux telles que la réduction de la pauvreté, la biodiversité, les changements climatiques, la déforestation, le foncier, la gestion des déchets, les POP’s, etc.



Parmi ces organisations, nous pouvons citer : SOS-Forêts, l’organisation ILES, ASAPSU, UFEMCI, OIREN, FEREADD, OPEIF, CEM qui ont des accords avec des partenaires multilatéraux et dont l’efficacité est avérée. Ces acquis sont également à mettre au capital du Programme de Microfinancements du FEM.



Grâce au savoir-faire et aux solutions capitalisés, ce programme dispose d’un important paquet de stratégies d’écodéveloppement susceptibles d’en faire un outil majeur de développement durable dans notre pays.



C’est pourquoi, j’ai tenu à l’organisation de cet atelier qui est le lieu de faire le bilan des acquis du Programme pour fournir plus de visibilité sur ses actions et résultats et, pour envisager la consolidation desdits acquis en vue de contribuer efficacement au développement d’une Côte d’Ivoire qui renoue avec la croissance et le développement.



Honorables invités, Mesdames et Messieurs les Participants et acteurs du développement local ;

Parler de visibilité impose au Programme désormais et nécessairement, de penser mobilisation de ressources car si nous entreprenons de faire connaitre davantage le Programme au grand public et principalement à nos populations locales, nous devons nous attendre à un afflux de demandes venant des ONG et des communautés de base non seulement au cours la présente phase opérationnelle mais aussi dans les prochains cycles du FEM.



Il faut dès lors accroitre les capacités opérationnelles du Programme et donc les ressources destinées au financement des micro-projets, afin d’en améliorer l’accès et l’impact pour relever ainsi les nombreux défis de développement local qui se présentent.



 Il est ainsi plus que nécessaire que des actions de partenariats de cofinancement ou de synergie soient entreprises au plan national pour accroître les impacts bénéfiques auprès des communautés de base.



Car avec l’accroissement du nombre de pays demandant à bénéficier des ressources allouées au Programme de Microfinancements du FEM, les allocations budgétaires affectées à la Côte d’Ivoire, ont baissé de manière drastique et certaines conditionnalités ont été imposées, telles que la contribution des ressources RAF : devenues aujourd’hui STAR.

A ce niveau mon département ministériel est intervenu à maintes reprises lors des phases 4, 5 et 7 en faveur du micro-FEM et afin de la mise à sa disposition respectivement des ressources RAF : 112 000 Francs CFA et des ressources STAR : 1 282 400 000 Francs CFA pour lui permettre de poursuivre ses activités. Nous l’avons fait car nous croyons à l’importance du rôle joué par ce Programme dans la stratégie globale de développement de la Côte d’Ivoire et de réduction de la pauvreté. Pour la présente phase également nous avons décidé que des ressources lui soient accordées.



 Je voudrais à ce propos saluer Madame BAKAYOKO le Point Focal Opérationnel pour son plaidoyer et son implication dans la mise à disposition de ressources en faveur du Programme de Microfinancements. Chère sœur, sois saluée et merci pour ton engagement aux côtés du Programme et des communautés.



•    Illustres invités, chers participants;



En concordance avec l’objectif du Programme pour la septième phase opérationnelle qui vise à : « promouvoir et soutenir des initiatives novatrices, inclusives et évolutives, et à encourager des partenariats multipartites au niveau local, pour aborder les problèmes environnementaux mondiaux dans les paysages terrestres et marins prioritaires », je voudrais demander à tous les acteurs clé du Programme à savoir la coordination nationale, le Comité National de Pilotage, le PNUD et le Point Focal Opérationnel à travailler à proposer au Ministère de l’Environnement et du Développement Durable, un plan de mobilisation de ressources additionnelles que nous soutiendrons et je voudrais inviter, par la même occasion, toutes les organisations et les partenaires au développement ici présentes à apporter leur soutien à cette initiative qui vise à promouvoir des solutions innovantes pour une meilleure gestion des ressources environnementales tout en favorisant l’amélioration des conditions d’existence de nos communautés à la base.

Mesdames et Messieurs, Honorables participants,

Vous souhaitant des travaux fructueux au cours de cette journée, déclare ouvert “l’atelier bilan du Programme PNUD/FEM de Microfinancements et de présentation de la stratégie nationale pour OP 7 ”.





Je vous remercie !

 




 
   
 
 
  PRESENTATION DU MINISTERE
  › Historique
  › Missions et attributions
  › Organigramme
  › Partenaires


  BLOG DU MINISTRE
  › Biographie
  › Message
  › Communications
  › Agenda
  › Profiloscope


   STRUCTURES SOUS TUTELLE
  › OIPR
  › CIAPOL
  › ANDE
  
  ECO TOURISME
L'Ecotourisme en Côte d'Ivoire
 
  MULTIMEDIA
  › Photos
  › Vidéos


   GRANDS DOSSIERS
  › Développement durable
  › Air & changement climatique
  › Biodiversité
  › Parcs & Réserves naturelles
  › Metiers Résiduels
  › Prévention des risques
  › Pesticides

secrétariat ministre :
20 21 18 56 / Fax : 20 21 33 89

secrétariat Directeur de cabinet :
20 22 07 01 / Fax : 20 21 08 76

Directeur de cabinet Adjoint :
20 22 63 01

Direction Générale de l'environnement :
22 47 54 49/50

Direction Générale du Développement
Durable :
22 42 26 06 / 22 50 32 77

service de la communication :
20 22 66 35

Agence nationale de l'environnement
(AnDe) :

22 41 17 04

centre ivoirien Anti-pollution
(ciApol) :

20 22 54 44 / Fax : 20 32 22 16

office ivoirien des parcs et réserves (oipr)
22 41 40 59
  • » Facebook
  • » Twitter
  • Télécharger l'application Mobile gouv.ci
  • ©- 2011 Tous droits réservés Ministère de l'Environnement et du Développement Durable Conception : CICG