Ministère de l'Environnement et du Développement Durable (MINEDD)

Ministère de l'Environnement et du Développement Durable (MINEDD)

Dans un souci d’efficacité et de mise en œuvre de la politique environnementale sur toute l’étendue du territoire, le Ministre de l’Environnement et du Développement Durable a rencontré les Directeurs Régionaux du ministère. C’était le jeudi 10 février 2022, au Cabinet du ministre, sis au Plateau Tour D, 10 e étage.

Parlant au nom de la délégation, monsieur Koutoua Sanhou a souhaité les vœux de nouvel an de tous ses pairs au Ministre tout en soulevant les difficultés professionnelles rencontrées sur le terrain et le cas de l’amélioration des conditions de travail. Par ailleurs, il a salué, au nom de tous les Directeurs, la signature des arrêtés de nomination de plusieurs de ses collègues.

Dans sa prise de parole, le Ministre s’est voulu rassurant sur sa disponibilité et son engagement à toujours œuvrer dans le sens de l’amélioration des conditions de travail. « Depuis ma nomination, j’ai entrepris des reformes qui cadrent bien avec l’amélioration des conditions de travail. C’est pourquoi j’ai tenu à vous rencontrer car vous êtes le prolongement du Cabinet ». Il les a invités à renforcer les actions sur le terrain dans le cadre de la sensibilisation auprès des opérateurs pour une application effective du code de l’environnement et a partagé un pan important de sa vision pour cette année 2022. « 2022 sera une année d’action et pour ma part, je suis disposé à faire respecter la loi » a-t-il déclaré pour finir.

Sur instruction du Ministre, un groupe de travail et de réflexion, composé des représentants des Directeurs régionaux et des membres du Cabinet a été mis en place pour trouver des pistes solutions appropriées aux problèmes matériels, techniques, professionnels et sociaux pour plus de dynamisme dans les actions de protection de l’environnement en région. 

La Côte d’Ivoire abritera du 09 au 20 mai, la 15ème Conférence des Nations Unies sur la Désertification et la Sècheresse (COP15), au Sofitel Hôtel Ivoire. Dans le cadre de l’organisation de cette COP sur les bords de la lagune Ebrié, le Ministre d’Etat, Ministre de l’Agriculture et du Développement Rural qui représentait le Premier Ministre ACHI Patrick, a procédé au lancement officiel des activités préparatoires, ce mercredi 9 février 2022, à l’espace ‘’Latrille Event’’, situé dans la commune de Cocody.  

Dans son intervention, il a souligné que « l’organisation de cette rencontre de haut niveau honore, une fois de plus notre pays, de recevoir toute la communauté scientifique, les Organisations Non-Gouvernementales, des décideurs de 197 pays à leur plus haut niveau, pour réfléchir ensemble sur la lutte contre la Désertification et la Sécheresse ». En effet, la COP15 est le premier évènement jamais organisé par les Nations Unies en Côte d’Ivoire. D’où la mobilisation et l’implication de plusieurs ministères techniques parmi lesquels le ministère du Plan et du Développement, des représentants du ministère en Charges des Affaires Etrangères qui sont venus traduire l’engouement au niveau étatique pour la réussite de la rencontre.  

Le Ministre Jean-Luc ASSI s’est exprimé lors de ce lancement. « La Côte d’Ivoire est donc tout à fait à l’aise pour abriter cette conférence de haut niveau et parler de cette thématique qui affecte la sécurité écologique de la planète, l’élimination de la pauvreté, la stabilité socioéconomique, la santé et le Développement durable », a-t-il déclaré. Il a insisté sur la prise de conscience générale à l’issu de cet évènement et les mesures concrètes pour la restauration des terres dégradées pour une agriculture du futur. 

C’est à juste titre que cet évènement est placé sous le thème « Restauration des sols arides et des forêts dégradées pour une agriculture du futur ». Ce lancement officiel a vu la participation des représentants de plusieurs ambassades et partenaires techniques et financiers.

Après avoir bénéficié d’une subvention du Fonds Vert pour le Climat (FVC) en 2017, pour l’élaboration de son programme pays (PP) qui regroupe les axes et actions retenus comme « priorité d’investissement », la Côte d’Ivoire, à travers le Ministère de l’Environnement et du Développement Durable (MINEDD), est résolument tournée vers sa mise en œuvre.

C’est ce qui justifie l’organisation par l’Autorité Nationale Désignée du Fonds Vert pour le Climat, en collaboration avec le Fonds Interprofessionnel pour la Recherche et le Conseil Agricole (FIRCA), de l’atelier de renforcement des capacités de plusieurs représentants de l’Assemblée Nationale et du Sénat ce jeudi 16 décembre 2021 à l’Auditorium du Fonds Interprofessionnel pour la Recherche et le Conseil Agricole (FIRCA).

« En cette journée, il s’agit de la formation des deux chambres constituées de notre pays sur les notions et enjeux du changement climatique, mais surtout sur la question de mobilisation de financement en vue de mieux adresser les problèmes de vulnérabilités dont souffrent nos populations », a dit monsieur Yao Marcel, Point Focal du Fonds Vert pour le Climat. Il a souligné que cet atelier devrait permettre d’outiller les participants afin de faciliter l’accompagnement du MINEDD dans la prise des décisions pour la mise en œuvre de son programme pays.

Le ministre de l’Environnement et du Développement Durable, monsieur Jean-Luc ASSI a procédé à l’ouverture de cet atelier. En plus de remercier les parlementaires et sénateurs pour leur participation, il a rappelé quelques attentes de cette rencontre. « Je souhaite, au sortir de ces travaux, que vous soyez suffisamment sensibilisés sur les impacts environnementaux liés aux changements climatiques, informés sur l’importance de la participation des parlementaires, outillés pour remplir clairement votre rôle de promotion des engagements nationaux pour le climat, informés pour mieux documenter, diffuser et soutenir les sujets liés aux changements climatiques pour une meilleure prise de décision ». a-t-il déclaré.

Conformément aux recommandations de l‘Accord de Paris sur le climat de 2015 ratifié par la Côte d’Ivoire, Jean-Luc ASSI annoncé que son département ministériel a initié un avant-projet de loi sur le changement climatique et une étude de préfaisabilité qui vise la création d’une agence sur le climat. A ce sujet, il a exhorté les participants en ces termes « j’aimerais pourvoir compter sur vous pour être les porte-voix auprès de vos pairs, pour que nous arrivons ensemble à la validation d’une loi sur le changement climatique, traduisant ainsi l’accord de Paris et la mise sur pied de cette agence qui sera l’interlocuteur direct en matière de mobilisation de ressources et de suivi de l’action climatique ».

Monsieur ATSIN Yao Léon, Directeur Exécutif du FIRCA, monsieur Yao Koffi Jean-Paul, Vice-Président et chef de la délégation de l’Assemblée Nationale, Madame Bla Nadine, chef de la délégation du Sénat ont pris à cette cérémonie. Les travaux ont été marqués par des présentations et des échanges avec les experts spécialement conviés.

Un atelier national de validation portant sur le système de financement des déchets électriques et électroniques (DEEE) et des véhicules en fin de vie (VFV), dans le cadre du projet de lutte contre les polluants organiques persistants (POPs), s’est tenu le jeudi 09 décembre 2021, à l’hôtel Palm Club, sis à Cocody.

Monsieur Parfait KOUADIO, Directeur de Cabinet du Ministère de l’Environnement et du Développement Durable a présidé la cérémonie d’ouverture, à laquelle ont pris part monsieur Tidjane BOYE, Représentant Résident de l’Organisation des Nations Unies pour le Développement Industrielle en Côte d’Ivoire (ONUDI) et de madame GNEPIE Eunice, qui a représenté le Fonds pour l’Environnement Mondial (FEM).

Deux temps forts ont marqué cet atelier. Il s’agissait d’une part, pour les participants d’analyser la « méthodologie d'application d'un système de responsabilité élargie des producteurs » en Côte d’Ivoire, à travers un cadre règlementaire et des mécanismes de contrôles. Une présentation a sanctionné cette partie. Elle a été faite par monsieur CARBAJOSA Ramón José, Expert-consultant international sur le projet UOPO-CI. Il était accompagné dans cette tâche par madame Fernandez Clara, Chargée de projet au bureau de l’ONUDI, à Vienne.

D’autre part, les participants ont eu droit à une présentation de l’avant-projet de décret fixant les mécanismes de gestion durable des déchets d’équipements électriques et électroniques et des véhicules en fin de vie pouvant contenir des polluants organiques persistants. C’est monsieur Dakouri Raphæl ZADI, expert juriste sur le projet qui en a eu la charge.

Pour rappel, le projet UPOPs est un projet qui vise à lutter contre les polluants organiques persistants issus des DEEE et des VFV. Il est financé par le FEM et mis en œuvre par l’ONUDI.